MaligneC.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

Devenez « Ambassadrice Sérénité Ligne C »

25
Publié le 21/05/2015

SUGE1Voyagez l’esprit tranquille…

C’est le slogan dont tout le monde rêve.
Le sentiment d’insécurité dans les transports en commun existe pour certains d’entre nous. Ce ressenti touche particulièrement les femmes, qui laissent de moins en moins passer certains faits, qui le font savoir, et c’est bien!

Partant ce de constat, le Direction de la Ligne C souhaite agir:

  • En allant plus loin dans l’évaluation de l’impact des violences vécues ou perçues par les femmes au sein de notre Ligne
  • En en mesurant l’ampleur
  • Pour dresser un état des lieux de cette perception féminine
  • Afin de préconiser et mettre en place des actions pour lutter contre ce phénomène.

Comment faire?

Pour cela, nous avons besoin de vous, utilisatrices de la Ligne C, afin de créer une communauté de femmes, décidées à en parler et à échanger avec nous sur ces phénomènes.

Nous souhaitons pouvoir échanger par le biais de questionnaires dédiés au sujet, mais aussi (si possible),par des rencontres avec les acteurs de la sûreté, sur le même modèle que les Ateliers C.

Ce « réseau » nous permettra de définir ensemble des actions et d’en assurer un suivi dans le temps. Ce qui nous permettra de savoir si ce  que nous aurons réussi à mettre en place ensemble portent ses fruits, et éventuellement d’ajuster au mieux ces actions.

Vous vous sentez concernée & vous êtes volontaire?

Faites-le nous savoir en m’envoyant un mail à l’adresse suivante: clubclientslignec@sncf.fr

Précisez votre parcours en transports en commun et votre âge.

Nous commencerons nos échanges à partir du 15 Juin.

Aidez-nous à vous sentir plus en sécurité dans les transports et particulièrement sur la Ligne C.

Votre vision est très importante et permettra d’orienter nos actions pour plus de sûreté au sein des transports! 

D’avance, merci à toutes celles qui marcheront à nos côtés dans ce projet.

25 commentaires pour “Devenez « Ambassadrice Sérénité Ligne C »”

  1. tchoutchou dit :

    les femmes ne sont pas les seules concernées par l’insécurité à bord des trains, même s’il existent certaines formes de violences ou d’incivilités plutôt dirigées vers elles.
    il serait bon d’inclure tous les voyageurs sont discriminations de sexe dans ce type d’atelier, car la sécurité est l’affaire de tous les voyageurs en tant que victimes, témoins voire acteurs potentiels.
    En tout cas, on peut se féliciter que la SNCF reconnait la situation: je me souviens avoir lu dans les années 90 que la SNCF s’insurgeait d’un épisode du commissaire Moulin dont le point de départ était un viol dans un train de banlieue. « On ne viole pas dans nos trains » la bonne blague !

  2. LydiePasser au statut dit :

    Bjr @tcoutchou,
    Vous avez parfaitement raison, la sécurité, c’est l’affaire de tous!
    Cependant, le « sentiment » d’insécurité est plus fort pour les femmes. Vous le dites bien, certains actes odieux sont également principalement tournés vers les femmes également.
    Ceci dit, cette action ne signifie pas que nous ne nous préoccupons « que » du sort des femmes, ne vous en faites pas! Mais notre point de départ est celui-ci.
    De plus, rien ne nous empêchera par la suite d’inclure des clients (hommes) à notre démarche.
    Je vous souhaite une bonne journée

    • xyp dit :

      Chère Lydie sur ce sujet je prend ma casquette de citoyen lambda que je suis.

      Je vous cite : « le « sentiment » d’insécurité est plus fort pour les femmes ». Non, et d’ailleurs qu’en savez-vous ? De quel droit stigmatisez vous l’ensemble des hommes en vous basant sur un tel préjugé ?

      Je vous cite : « Certains actes odieux sont également principalement tournés vers les femmes également ». De nouveau : non ! Les attouchements, les propositions lourdes, de nombreux hommes les subissent aussi. Mais la société a beaucoup de mal à reconnaitre le droit d’en être victime aux hommes là où ce droit est désormais reconnu pour les femme. Stop à la discrimination des victimes au regard de leur sexe !

      Je vous cite : « notre point de départ est celui-ci. » Pourquoi est-il celui-là ? Les hommes victimes seraient-ils moins « intéressants » à vos yeux ? Moins victimes ? Moins quoi ?

      Je vous cite : « rien ne nous empêchera par la suite d’inclure des clients (hommes) » Pourquoi attendre ? En quoi « recruter » des femmes victimes seraient-il plus urgent que de « recruter » des hommes victimes ? Définiriez-vous l’urgence de votre action en fonction du seul sexe de la victime ? Si votre réponse est « oui » j’écrirai bien « c’est ignoble » mais je vais me contenter de vous informer que cela est à la foi immoral et constitutif d’un délit de discrimination.

      Je vous rappelle la Loi du 28 mai 2008 : « Constitue une discrimination directe la situation dans laquelle, sur le fondement de son appartenance ou de sa non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie ou une race, sa religion, ses convictions, son âge, son handicap, son orientation ou identité sexuelle, son sexe ou son lieu de résidence une personne est traitée de manière moins favorable qu’une autre ne l’est, ne l’a été ou ne l’aura été dans une situation comparable »

      Votre démarche part évidemment d’un bon sentiment, mais pourquoi vous mettre hors la Loi en donnant plus de crédit ou d’intérêt à la souffrance féminine qu’à celle masculine ? Mettez vous à la place d’un homme victime d’agression qui lit votre annonce, imaginez ce rejet de votre part à son égard qu’il va éprouver à cet instant là… Alors qu’il se sent probablement déjà bien seul.

      Bon week-end.

    • xyp dit :

      Je me suis trompé de date, il s’agit de la loi du 27 mai 2008. Voici le texte intégral : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000018877783

    • nico91 dit :

      Bonsoir,

      @XYP, à mon sens, votre commentaire révèle, à nouveau, un travers de la SNCF avec un juridisme excessif. Vous n’allez tout de même pas intenter un procès à notre responsable consommateur ?
      Deuxio, les trains de banlieue ne sont pas le Venise Simplon Orient Express, dans lequel voyagent gentlemen et madones des sleepings.
      La banlieue, c’est des associations comme « ni putes, ni soumises ». Le féminisme a-t-il été déclaré inconstitutionnel ?

      Si j’en crois mon entourage, les femmes, mais aussi les personnes âgées, généralement les personnes qui se sentent vulnérables, craignent pour leur sécurité dans les trains de banlieue.
      Pécresse qui est candidate à la présidence de la région ne s’y est pas trompée lorsqu’elle a proposé de façon démagogique de surprotéger, dans chaque train, une voiture qui serait réservée aux femmes, comme au 19ème siècle, avec les compartiments pour dames.

      Pour finir, il y a une dizaine d’années, la SNCF diffusait dans ses gares un mini-livret de premier secours qui expliquait en substance qu’elle n’était en rien responsable des agressions sur son réseau et que les usagers n’avait qu’à régler leur éventuel traumatisme psychologique en famille, bref de se débrouiller tout seuls.
      A vous lire, la SNCF dispose de psychologues compétents, la bonne idée ne serait’ elle pas d’ouvrir ses centres de soins aux usagers agressés dans ses trains ?

      Cdlt

    • xyp dit :

      Bonsoir nico91,

      Je parle en mon nom propre de citoyen lambda, entre autre ancienne victime d’agression sexuelle dans mon adolescence, et non pas en tant que conducteur. Donc en tant que citoyen lambda ayant connu les étapes d’un tel drame, puis celles de la reconstruction, j’informe que le perçu d’une victime d’agression, lorsqu’il s’agit d’un homme, devant une telle opération proposée, peut être perçu comme discriminatoire envers les hommes victimes, et donc que cela peut choquer.

      « Ni pute Ni soumise » se bat pour l’égalité, la dignité. Ainsi le féminisme de bonne volonté au même titre que l’hominisme de bonne volonté défendent d’abord l’égalité de traitement entre hommes et femmes, l’apaisement, l’entraide entre les genres. J’exclue évidemment de mon propos les pseudo-féministes extrémistes qui veulent donner plus de droits aux femmes qu’aux hommes, autant que les machistes de tous poils. Mon propos ici consiste à alerter du fait que l’action proposée en sujet de cette page peut constituer une discrimination de traitement entre hommes et femmes, et qu’une entreprise de service public ne peut se permettre un tel comportement d’autant plus qu’il est prévu et réprimé par la loi.

      N’oublions pas que nous parlons de personnes qui souffrent dans leur chair. Comment peut-on sincèrement opérer une distinction, un jugement de valeur lié à cette souffrance, en lui attribuant un intérêt en fonction de quelque chose comme leur genre ?

      Ensuite sauf mauvaise lecture de ma part dans votre propos vous qualifiez « les femmes » de « personnes qui se sentent vulnérables ». Pourquoi vous permettez vous une telle généralisation ? Beaucoup de féministes (moi le premier) vous diraient que cela fait quelques années que notre société ne considère plus les femmes comme de faibles créatures frêles et fragiles (physiquement ou intellectuellement) à « protéger ». Et beaucoup d’hoministes vous diraient qu’au même titre de certaines femmes nombre d’hommes ne se sentent plus du tout en sécurité dans les transports en commun. Bref aujourd’hui dans les transports la sensation d’insécurité touche beaucoup de personnes quels que soient leur genre. Pourquoi donc opérer une distinction basée sur le genre alors que le ressenti est le même ?

      Ensuite sauf erreur de compréhension de ma part, le but de l’opération ne consiste pas à « rassurer » c’est à dire pas uniquement à mettre en place des outils de communication, mais à trouver des solutions concrètes – terrain – pour lutter contre l’insécurité qui frappe tout le monde. Ce sont deux choses totalement différentes.

      Concernant le livret dont vous parlez ici je ne l’ai pas eu en main. Mais l’esprit qui anime Transilien SNCF est tourné vers celui de ses clients, l’obsession de Transilien SNCF au quotidien consiste à solutionner les problèmes qui empoisonnent ses clients. On ne peut que féliciter Transilien-SNCF pour l’empathie dont elle sait faire preuve envers ses clients aujourd’hui. C’est un TRES grand progrès réalisé en peu de temps.

      Oui la Transilien-SNCF dispose de psychologues très compétents, des pépites d’une valeur inestimable lorsqu’un agent tombe dans un gouffre psy. Proposez votre idée à Transilien-SNCF. Ne connaissant pas les contrats et responsabilités qui lient à notre entreprise ces spécialistes, ne connaissant pas les effectifs, ni le type ni l’ampleur du budget qui est allouable à la prise en charge psychologique d’un agent, je ne sais si cela pourrait être étendu à plusieurs centaines de milliers de clients/patients potentiels. Peut-être pourrait-on alors songer à un partenariat avec des médecins externes pour orienter les victimes vers des spécialistes de confiance prodiguant leurs soins sous le régime de la Sécurité Sociale. Peut-être un tel dispositif d’aide et d’orientation destiné aux clients-victimes existe-t-il déjà ?

      Bonne soirée.

    • GuLPasser au statut dit :

      Bonjour @xyp,
      Bravo à vous d’avoir le courage de relater de tels évènements dans ce lieu public. Je comprends votre point de vue et je le partage.
      Cordialement

    • nico91 dit :

      Bonjpur,

      @XYP, Vous vous exprimez, en termes généraux, et je vous cite des exemples concrets.
      De la théorie aux réalités.
      1/ Les activistes de La Barbe militent aussi pour l’égalité homme/femme, essentiellement en matière professionnelle.
      Mais pensez vous que les problèmes se posent en banlieue comme au sein des conseils d’administration des grands groupes multinationaux ?
      Ni putes ni soumises traduit simplement que si l’égalité des sexes est loin d’être définitivement établie dans la société, elle l’est encore moins en banlieue où les clivages s’expriment de manières moins soft.

      2/ Vous ignorez le projet porté par Pécresse de voitures réservées aux femmes.
      Reconnaissez que généralement, à défaut de trouver de bonnes solutions, les politiques ont du talent pour pointer des problèmes et flairer les gisements d’électeurs (trices en l’occurrence).

      3/ Quant à l’attitude de la SNCF à l’égard de victimes d’agression dans ses trains, je vous laisse juge du document précité. Certes plus tout jeune (logo « casquette », pré-Transilien), le dépliant décrit comment la victime doit se démerder avec la justice, les associations (éventuellement son assureur) et ses proches pour s’en sortir.
      Avec bien sûr pour conclusion que la SNCF n’est en rien responsable de la délinquance pouvant sévir dans ses trains.
      Les bons conseils distribués sur quelques cm de papier ne coutent rien !
      Diffusé à grande échelle, et présent sur tous les présentoirs, ce prospectus n’était pas franchement engageant à prendre le train, limite anxiogène :

      http://www.casimages.com/i/15062111222529639.jpg.html

      http://www.casimages.com/i/150621112410795714.jpg.html

      http://www.casimages.com/i/150621112534387059.jpg.html

      http://www.casimages.com/i/150621112650999423.jpg.html

      Cdlt

    • xyp dit :

      Bonsoir nico91,

      Mon intervention ici consiste à alerter une entreprise de service publique qu’elle commet une erreur de communication qui pourrait aussi relever du pénal. Je n’ai certainement pas la prétention d’être une exception parmi des centaines de milliers de clients quotidien, je suis un simple citoyen lambda comme tant d’autres, je la laisse donc comprendre que mon perçu de citoyen lambda est très certainement partagé par nombre de ses clients ayant vécu le drame d’un délit ou d’un crime. Ces victimes se trouvent susceptible d’être exclues de l’action proposée du seul fait de leur genre alors que leur témoignage est une source importante de points de vue insoupçonnés, d’informations, d’innovations, et que participer à ces groupes responsables et altruistes peut leur apporter une aide inestimable pour se reconstruire.

      Les polémiques politiciennes qui peuvent surgir de sujets aussi graves ne m’intéressent pas, elles salissent le courage et le long travail effectué par toutes ces victimes, leurs familles, tous ceux qui les aident.

      Voilà tout.

      Bonne soirée.

    • rcc dit :

      Pas envie d’entrer dans un débat technique ou pénal (ou encore à charge exclusive pour la sncf en Nico91Mode) mais j’ai trouvé l’angle assez sexiste perso.

    • LydiePasser au statut dit :

      Bjr @nico91,
      Tout à fait, c’est déjà en place: lorsqu’un voyageur subit une agression et est pris en charge par un agent SNCF, il se voit proposer un numéro de téléphone le mettant en relation directe avec une cellule psychologique. Un suivi lui est proposé. Rien d’imposé, mais c’est une possibilité qui existe.

    • xyp dit :

      Chère Lydie,

      Je te présente mes excuses pour le ton que j’ai adopté sur ce sujet. Simplement j’ai été très choqué par le fait que ce projet puisse différencier homme et femme dans la souffrance de leur chaire, je me suis senti blessé. Ce n’est pas l’agent qui parlait mais l’ancienne victime, qui continue à vivre avec… J’espère ne pas avoir causé de dégâts avec mon propos.

      Bonne nuit.

    • nico91 dit :

      Bonsoir,

      Hier, le rétropédalage d’XYP m’avait intrigué. Pourquoi ressusciter un sujet enterré depuis plus d’une quinzaine de jours et qui n’avait recueilli aucun succès.
      Quelle mouche l’a donc piqué pour présenter des excuses, très artificielles, et pour rentrer si vite dans la ligne politique de la grande maison.
      A t’il reçu une des fameuses « réprimandes » en « off » par courriel privé ?

      Réponse aujourd’hui sur les chaines de radio périphériques :

      http://www.europe1.fr/societe/le-plan-du-gouvernement-contre-le-harcelement-dans-les-transports-1366218

      Bref, sur ce blog, piloté par on ne sait qui, on ne peut pas dire que règne une grande spontanéité.

      Si d’aventure notre responsable consommateurs avait l’intention de « coconstruire » dans une démarche « participative », et blablabla, un guide de premier secours aux victimes, elle pourra s’économiser en faisant un copier/coller du prospectus vieux de plus de quinze ans que j’ai mis en ligne.

      Cdlt

  3. nico91 dit :

    Bonjour,

    Curieusement, des sujets ont fleuries dans les journaux ou dans les JT télévisés, il y a quelques semaines, sur les « frotteurs » du métro, ces pervers qui profitent de la foule pour bénéficier de contacts rapprochés avec des femmes, un comportement assimilable à une agression sexuelle et sanctionné selon les mêmes règles.
    Une autre façon d’aborder l’insécurité, uniquement, sous un vécu féminin.

    De là à imaginer que la SNCF est à la ramasse de la régie et pompe ses idées auprès de la RATP…

    Cdlt

    • xyp dit :

      re-bonsoir,

      Je vous cite : « ces pervers qui profitent de la foule pour bénéficier de contacts rapprochés avec des femmes ».

      Ils/elles se frottent out autant aux hommes, le souci étant que les hommes victimes de tels agissements ne sont pas pris en compte vu que lesdites victimes n’osent pas porter plainte par honte.
      Soyons concret : un homme qui subit les effets d’un frotteurs suscitera des rires et des moqueries à son encontre alors qu’il est victime d’un délit grave, certaines personnes iraient même jusqu’à suggérer qu’il aurait du y prendre du plaisir si le délit a été commis par une femme… En revanche si la victime est une femme alors le délit sera pris bien plus au sérieux.

      Pourtant qu’elle soit un homme ou une femme, une victime d’un tel acte souffre de la même manière, et il n’y a que ceux qui n’y ont jamais été confronté ou qui font preuve de peu d’empathie envers leur prochain qui peuvent suggérer le contraire.

      Bonne soirée.

  4. Plutôt pour. L’été dernier, deux bonshommes ont commencé à se battre dans mon wagon quand il fallait prendre le RER D pour reprendre le RER C vers le sud de la ligne, les deux ultra-bondés, on devait « foncer dans le tas » pour pouvoir entrer. Plusieurs dames africaines les ont calmés en criant « arrêtez, vous faites le jeu de la SNCF » (sic). Un autre usager voulait tirer le signal d’alarme, « surtout pas, on va être bloqués! ». Et le voyage a pu se poursuivre.

  5. Jul205rallye dit :

    témoin la semaine dernière à 6h58 en attendant le métro ligne 14 à BFM 🙁 toujours révoltant l’agression gratuite surtout quand personne ne bouge

    • xyp dit :

      Bonsoir,

      Une émission très intéressante suggérait il y a peu de temps que plus il y a de témoins d’un délit ou d’un crime, moins il y a de probabilité que les gens agissent. Il s’agit d’un comportement qui peut être considéré comme déplorable, certes, mais hélas ses mécanismes sont parfaitement connus. On appelle ça le mimétisme, et souvent il est accompagné par une sidération, un rejet inconscient de la situation qui peut par exemple se traduire par la certitude d’être filmé pour une caméra cachée ou un clip pour Youtube etc… Les gens qui n’agissent pas sont donc quasiment toutes de bonne foi dans leur inaction, ce qui explique pourquoi devant un tribunal les personnes jugées pour leur inaction face à un délit ou un crime commis devant eux sont généralement relaxées. leur comportement a tout simplement été humain, conditionné par notre société et ses règles complexes. Terrible, révoltant, odieux etc ?… Non simplement normalement humain et aucun tribunal ne peut condamner une personne pour cela

      Rappelons enfin qu’agir c’est s’exposer : non seulement à ce que les agresseurs se retournent contre vous, mais aussi à vous retrouver devant un tribunal si par la suite l’agresseur se retourne contre vous. Dans l’émission dont je vous parle un cas a été présenté où le « héro » qui a sauvé une personne s’est retrouvée condamnée par le tribunal au bénéfice de l’agresseur de la personne sauvée. Donc attention : n’oubliez pas que nous sommes en France, où face à un tribunal un agresseur peut gagner un procès contre sa victime confère un certain nombre d’articles de lois comme par exemple les fameux 122.5, 122.6 du Code Pénal.

      Bonne soirée.

  6. AnnaPasser au statut dit :

    Serenite? Je rigole a ma gare ce matin j ai un gars qui fume son petard,une fille qui pour passer au portique m a quasiment fait tomber en me collant pour passer gratis (j en ai marre de payer mon pass ) et un gars de la sncf qui s en fiche il est au telephone a raconter sa vie…la j ai juste envie de vomir avec cette fumee…donc vous avez besoin de particuliers pour qu on soit serein car on ne peut compter sur personne en gare? C est bien ça? Il reste le 3117 sinon…..apres une certaine heure c est voiture et des que possible surtout pas le rer (c est pas fiable retard trafic interrompu malaise car trains bondés)….

  7. xyp dit :

    Bonjour,

    Pardon, à mes yeux das cette annonce il y a une faute de com qui pourrait peut-être même être poursuivie au Pénal.

    En effet on y lit que notre entreprise se permet une discrimination basée sur le seul sexe des victimes pour, dans son action proposée ici, considérer mieux certaines victimes par rapport à d’autres qui n’aurait pas le « bon » sexe à ses yeux.

    Or Transilien Ligne C se doit de considérer de la même façon toutes les victimes de délits ou crimes commis dans l’emprise SNCF.

    La donnée essentielle d’une agression n’est pas le sexe de la victime, mais la volonté de l’agresseur ! Merci donc à Transilient de bien vouloir redonner à toutes les victimes (donc aussi aux hommes) ce status social et l’écoute nécessaire pour se reconstruire.

    Merci.

    • JerePasser au statut dit :

      Il est vrai que parfois ce sont des groupes de femmes qui agressent les hommes.

    • xyp dit :

      Un homme victime d’agression est une victime à part entière, autant qu’une femme victime d’une agression. Cet homme victime est exclu de la démarche Transilien ci-dessus du simple fait de son sexe. C’est inadmissible, illégal et constitutif d’une faute de communication.

      Je souhaite que Transilien se rende compte qu’en France un homme victime d’agression a énormément de mal à avoir accès au statu de victime auquel il a droit. Ceci est dû entre autre au fait qu’il dispose de ce qui représente encore dans l’esprit collectif du « sexe fort » et donc qu’être victime d’agression lorsqu’on est un homme est considéré comme une faiblesse, un tabou. Et cher Jéré votre remarque ironique le prouve : tout comme dans l’esprit collectif, dans votre propos un homme victime d’agression a moins le droit à son statu de victime qu’une femme.

      Le sexe de la victime peut aider à comprendre les motivations de l’agresseur, certes, mais lorsqu’on est une entreprise de service public on ne peut s’autoriser à proposer de s’intéresser uniquement à certaines victimes plutôt qu’à d’autres ceci du seul fait de leur sexe.

      Enfin je rappellerai que nous sommes au 21ème siècle et qu’il a pourtant fallut que notre société attende la semaine dernière pour qu’un tribunal ait enfin le courage de prononcer un jugement en faveur d’un homme battu, alors qu’il est reconnu que les faits de torture moral et de violence conjugal à l’encontre des conjoints masculins sont tout autant traumatisants que si la victime était une femme… Avec ceci de plus que l’homme battu doit surmonter la honte d’être socialement considéré comme « anormal » dans une société qui admet plus facilement d’attribuer le St Graal reconstructeur deu statu de victime d’agression à une femme qu’à un homme.

      Mettez vous un instant à la place d’une victime d’agression. S’il s’agit d’un homme et qu’il écrit à clubclientslignec@sncf.fr que lui répondra-t-on ? « Non vous nous intéressez pas parce que vous portez le mauvais sexe » ? Lui, victime meurtrie, se fiche pas mal du sexe qu’il porte à cet instant là : il veut simplement se reconstruire, et participer aux réunions proposées pourrait l’y aider tout en faisant progresser tout le monde. Pourquoi le rejeter ?

    • JerePasser au statut dit :

      Ma remarque n’était pas ironique, j’ai bien connu une personne qui s’est fait agresser verbalement par deux femmes, certes certains vont dire que ce n’était que verbalement, mais j’ai déjà vu certaines femmes qui peuvent être assez violentes.

    • xyp dit :

      Bonjour Jéré,

      Merci beaucoup pour cette précision !

      Bon dimanche.

  8. nico94 dit :

    Comme le dit ludo94 la branche orly et jamais securise il preferent condamner les voiture de tete et de derriere en soiree que de metre la suge sur cette axe aussi.

Les commentaires sont fermés.