MaligneC.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

Le compte rendu de la rencontre du 23 juin & le mag’ de l’été

2
Publié le 13/07/2016

Rencontre clients 23 juinA la place du Tchat mensuel, le 23 juin dernier, Bertrand Gosselin, le directeur de la Ligne C, a souhaité rencontrer certains d’entre vous pour revenir sur les situations difficiles que vous veniez de vivre (intempéries et mouvements sociaux) et aborder l’actualité de la ligne : l’Euro, les travaux d’été et les nouveaux services.

La soirée s’est terminée par une série de questions/réponses. Il était entouré de Vincent Porfirio, le Directeur adjoint de la ligne et Directeur Production.

Je vous propose donc un résumé de l’échange.

Retour sur la crue de la Seine

 

Bertrand Gosselin : « On savait que la Ligne C était fragile par rapport aux risques d’inondation. Elle a déjà connu une crue de la Seine similaire en 1982 et en 1995 mais de manière moins importante. Depuis, on vivait dans cette perspective de fermeture et on s’est préparé avec l’élaboration d’un plan de continuité de l’activité et la réalisation de 2 exercices en début d’année: 1 dans le cadre du plan Sequana et 1 autre en interne. »

 

crue

« Un certain nombre de mesures sont à prendre en fonction du niveau de la Seine. Les premières mesures commencent à 4m75 et consistent à fermer les bouches d’aérations du tunnel côté Seine en prévision d’une hauteur d’eau de 5m75. Le 2 juin, le niveau de la Seine a atteint 4m82. La ligne C a donc décidé d’interrompre les circulations dès 16h entre Avenue Henri-Martin, Paris Austerlitz et Javel.Il a donc fallu adapter le plan de transport en conséquence. « Plusieurs mesures au niveau du réseau ont dû être enclenchées pour protéger les infrastructures. Un certain nombre d’appareils et d’installations ont donc  étédémontés pour être mis à l’abri. Ce que l’on sait, c’est que le fait d’avoir réalisé les travaux dans le tunnel intramuros chaque été depuis 20 ans a permis d’éviter des mesures plus drastiques, comme l’inondation volontaire du tunnel pour égaliser les niveaux de pression d’eau. »
« A partir de 10h le 3 juin, nous avons été informés que la sonde d’Austerlitz, qui est la mesure officielle du Ministère, donnait une mesure erronée de 40 cm et que la Seine avait donc dépassé les 6m Heureusement, la prévision de crue maximum ne dépassait pas 6m50 et nous avons donc pu nous contenter des mesures prises la veille.
Si le niveau de la Seine avait atteint 7m, nous aurions été dans un scénario « crue majeure » et, dans ce cas, le poste d’aiguillage d’Invalides aurait dû être évacué et les circulations interrompues jusque Chaville Vélizy et Porte de Clichy. Mais heureusement, la montée des eaux s’est arrêtée avant ! »

Crue

Monter un plan de transport en urgence

Bertrand Gosselin : « Le 2 juin, le plan de transport que l’on doit monter est quasi identique au plan de transport de type Castor, qui lui aussi comprend une interruption des circulations dans le tunnel intramuros. Sauf que Castor on s’y prépare longtemps à l’avance.
La priorité de la Ligne C a été d’organiser des trains pour revenir de Paris vers la banlieue. Sur tous les sites de retournement on s’est organisé pour informer près de 50 conducteurs de la modification de leur journée normale de service. »
« A partir du 3 juin, un nouveau de plan de transport a été mis en place en fonction du nombre de conducteurs disponibles. Dans un premier temps, les forces ont été concentrées sur la branche Sud (parce qu’il y a le plus de clients) et la branche Ouest qui était touchée par les intempéries sur les autres lignes (aucun train entre Montparnasse et Versailles). »

Vincent Porfirio : « A partir du 4 juin, la décrue était amorcée et dès le lundi et mardi, les équipes se sont organisées de jour comme de nuit pour remonter les infrastructures, vérifier les gares, les installations. A partir du 10 juin, la circulation a donc pu reprendre mais toujours avec un service de grève. »

Question : Pourquoi avoir privilégié les dessertes du Sud de la Ligne ?

VP : «Le fait d’être en période de grève a obligé à arbitrer les ressources en tenant compte des conséquences des intempéries. Les deux priorités de couverture de la ligne C ont été l’Ouest pour offrir une alternative aux clients dont les parcours vers Paris étaient totalement interrompus à Versailles. Ensuite nous avons privilégié les territoires les plus dépendants de la Ligne C à savoir le Sud. La branche nord pouvait se reporter provisoirement sur les lignes H et J. »

Question : Pourquoi ne pas prévoir une desserte par autocar ?

BG : «Parce que l’on n’a pas eu d’autocar ! C’est compliqué en Ile de France car ils n’ont pas la capacité d’absorber les flux et ils assurent en pointe des services scolaires. Le week-end, les conducteurs de car sont également en repos. »

Question : Sais-ton chiffrer le coût global des intempéries et de la grève ?

BG : « L’entreprise a annoncé un coût global pour l’ensemble de la SNCF 300 millions d’euros qui intègre les pénalités, les voyages qui n’ont pas été fait sur grandes lignes etc … Pour la ligne C nous n’avons pas le chiffre précis, mais certaines installations électriques ont été endommagées. »

VP : « Néanmoins, nous n’avons pas d’ouvrages d’art qui aient cédé contrairement à la ligne N par exemple. »

Question : J’avais une question sur le nombre de trains possibles en situation dégradée, j’ai entendu parler de disponibilité de voie?

BG : « Sur Austerlitz, en gare de surface, on est limité en nombre de voies car on les partage avec les trains Intercités. Mais en période de grève, ce n’est pas une question de capacité de voies car il y a moins de trains. Au début des intempéries, certains trains partaient de la gare souterraine et d’autres de la gare de surface. Mais cela compliquait la gestion des voyageurs qui ne savaient pas avec certitude d’où partirait leur train et comment retrouver les correspondances avec les métros ou les bus. Pour plus de facilité, nous avons donc décidé de transférer tous les RER C en gare de surface pendant toute la période de coupure de l’intramuros. »
VP : « Lorsqu’on a tout mis en gare de surface, on a pu envoyer 2 fois plus de trains. »

Question : Pendant les week-ends rouges j’ai rencontré le même problème avec les personnes en gilets rouges qui ne m’ont pas indiqué que les trains partaient en surface. Quel est le déroulement de l’information en cas de grève ? En cas de crue ?

BG : « En ce qui concerne la grève, les conducteurs sont obligés de se déclarer 48h à l’avance, ce qui permet d’organiser le service et de mettre à jour toutes les bases de données. La base de données essentielle est celle qu’on utilise dans les postes d’aiguillage et qui alimente la base info gare (écrans d’info sur les quais). Quand on décide en cours de journée d’interrompre le trafic, comme par exemple lors de la crue le 2 juin, il n’y a pas de mise à jour de l’information automatiquement dans les postes d’aiguillage. Tout se fait donc manuellement, cela met plus de temps. On va chercher le numéro du train, on décoche les gares desservies etc… De là viennent les risques d’erreurs et les informations erronées, notamment sur les départs à Austerlitz (surface ou souterrain)
Il y a un projet de modernisation de notre système d’information pour synchroniser l’information en cas de situations perturbées inopinées.»

Question : Mais il n’y a qu’une seule sonde ?

BG : «La mesure officielle c’est le pont d’Austerlitz, et il vaut mieux qu’il n’y ait qu’une seule source d’information. Mais ça pose un vrai problème quand cette source est défaillante.»

Question : J’ai quand même l’impression que ce qui gêne les gens c’est le manque d’information en temps réel.

BG : « Comme dit précédemment, on a des outils informatiques qui ne sont plus adaptés. Ils vont être tous changés à la fois pour ceux qui s’interfacent avec les postes d’aiguillages et pour ceux des voyageurs. Il y aura des outils plus souples, plus adaptables et donc plus fiables. »

Question : Est ce qu’il y a des personnes ayant des formations multitâches et pouvant conduire des trains ?

VP : « Il n’y a pas de formation multitâche largement déployée intégrant le métier de conduite. La formation de conducteur de train demande une formation de plus d’un an, un maintien des compétences complexe très encadré. C’est obligatoire pour garantir un haut niveau de sécurité»
BG : « La RATP possède plus d’encadrants qui sont formés et qui peuvent conduire car c’est plus facile de conduire sur des voies dédiées exclusivement à une ligne avec un seul type de matériel. Les métros croisent rarement des trains de Fret ou des TGV … Nous avons néanmoins des volontaires formés que l’on sollicite fortement pendant la grève. »

 

SNCF, PARTENAIRE DE L’EURO 2016

euro2016 tour eiffel

BG: « Concernant l’actualité de la ligne, la gare de Pont de l’Alma ferme tous les jours à partir de 13h par mesure de sécurité et la gare de Champ de Mars ferme certains jours à partir de 19h30. On profite de l’Euro pour renforcer notre dispositif d’accueil des touristes, avec un accueil multilingue dans certaines gares et le wifi. »

Question : Quand est prévue la fin des travaux Castor ?

BG : « Je ne sais pas. Il faut comprendre que ce tunnel, qui a plus d’un siècle, n’a pas été conçu pour le trafic d’aujourd’hui, ni pour les trains d’aujourd’hui. Le rail s’use beaucoup plus vite qu’ailleurs. On est donc en train de consolider ce tunnel à hauteur de 200 à 250 m environ par été. »

Question : Quels sont les nouveaux projets ?

BG : « Les grands projets de moyen terme avec le STIF sont : le tram train Massy Evry, la modernisation de tout le site de Brétigny et la correspondance entre la ligne C et les nouvelles lignes du Grand Paris au niveau des gare des Ardoines, d’Issy, de St Ouen, des Grésillons et de Porte de Clichy notamment.»

 

Question : Est-ce que ces projets permettraient d’avoir des trains plus longs qui rentreraient dans Paris Intramuros ?

BG : « Non car cela reviendrait à revoir les quais et probablement toute la signalisation.»

Question : Par rapport à la propreté des emprises, végétation à l’abandon, détritus divers, pollution visuelle dans l’environnement du RER, qu’est ce qui est fait ?

BG : « Pour la propreté de la voie et la végétation au bord des voies c’est SNCF Réseau qui en a la responsabilité mais la priorité c’est plutôt la rénovation des voies, ce qui se comprend. La Ligne C peut toutefois intervenir auprès d’eux, lorsqu’on constate des sites critiques, pour faire accélérer des opérations de nettoyage ou d’élagage .»

 

La rencontre s’est terminée par la présentation des travaux d’été et du projet de l’application « Immersion Ligne C ». Celle-ci donne la possibilité de visualiser via une application mobile son trajet sur une carte interactive avec les moyens de substitution et le mode réalité virtuelle qui permet d’appréhender l’environnement des gares fermées avec une vidéo 360° visible grâce aux lunettes Cardboard. Nous consacrerons bientôt un article dédié à ce sujet.

Le mag’ de l’été

mag62Le nouveau MAG’Ligne C N°62, sur le thème « des aléas climatiques et le retour sur la crue », est téléchargeable en cliquant sur ce lien : MAGLIGNEC_62_JUILLETAOUT2016

 

[Claire.]

 

2 commentaires pour “Le compte rendu de la rencontre du 23 juin & le mag’ de l’été”

  1. FK1 dit :

    Dommage que le niveau de servicedéplorable hors situations exceptionnelles comme les grèves ou les innondations n’aient pas été abordé.

    La SNCF nous avait invité à poser des questions lors du Chat précédent, les questions de respect du niveau de service, de demande de mise en place d’un réel système de compensation avaient été soumises mais n’avaient comme par hasard pas pu être traitées en séances, bien qu’il ait été indiqué sur ce site que les questions non traitées recevront réponse ici, nous n’avons rien vu de tel … là où la comm’ montre ses limites en quelques sortes.

  2. SEDARD dit :

    Dans le mag N° 61 à la page ingenda vous ne mentionnez pas la fermeture du guichet grandes lignes à la gare de Juvisy fin juin alors que le stand de l’Euro tiens une place importante je pense que c’est une information de choix vu le nombre de personnes qui trouve porte close. De plus dire vous allez à Paris pour acheter un billet Grande ligne alors qu’à Evry Courcouronnes Centre il y a un tel bureau il y en a certainement d’autres une liste des bureaux environnant aurai été la bien venue
    Merci

Les commentaires sont fermés.