MaligneC.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

Tout savoir sur la gestion d’un accident de personne

6
Publié le 17/05/2017

Tout savoir des coulisses sur la gestion d'un accident de personne en pleine voie.

 

Dans cet article, je vous explique, étape par étape les coulisses de la gestion d’un accident de personne survenu sur les voies.

 

Pas plus tard que ce matin, vous vous êtes sûrement posé la question « Mais pourquoi faut-il autant de temps pour rétablir le trafic après un accident de personne ? »

Ce phénomène chez SNCF occasionne la paralysie du train ayant heurté la personne, mais pas seulement. Tout le trafic dans la zone concernée (et parfois au delà) est alors mis sur arrêt, engendrant -au delà du drame humain- des centaines, des milliers de personnes qui se retrouvent sans train pendant plusieurs heures parfois…

 

Qui sont les intervenants et comment se coordonne t’on lors d’un accident de personne?

 

En cas d’accident de personne, la procédure SNCF s’enclenche immédiatement :
Tout d’abord, la circulation est interrompue dans les deux sens: l’alerte est donnée par le conducteur du train en question, qui déclenche ce que nous appelons « l’alerte radio ». Ce système provoque instantanément l’interruption des circulations de tous les trains présents sur le secteur.

Cette première alerte donnée, en réaction immédiate le régulateur, basé au Centre Opérationnel des circulations (COT pour Transilien), analyse la situation: nature de l’incident, conséquences sur l’infrastructure, le matériel, les marges d’actions possibles, etc.).

Un CIL (Chef d’Incident Local) est dépêché sur place pour coordonner chaque acteur sur le terrain et s’assurer que tous les intervenants travaillent en totale sécurité. il va gérer les différents paramètres permettant de l’optimisation de lanfuture reprise des circulations.

Dans le même temps, Les pompiers, la police ou la gendarmerie sont appelés.

Un officier de police judiciaire (OPJ) est avisé, et se rend sur place.
Si la personne est blessée, elle est évacuée par les pompiers.

L’OPJ mène l’enquête, effectue les premières constatations et auditionne les éventuels témoins.
Si la victime est décédée, les pompes funèbres sont sollicitées.

Par mesure de sécurité et sur toute la zone, le trafic reste interrompu pendant la présence des différents intervenants.

A partir de cet instant, le délai de rétablissement de la circulation dépend de la gravité de l’accident (personne décédée, blessé, emplacement de l’accident, délai et facilité d’acheminement des autorités nécessaires, etc.)

Sur les lignes à grande vitesse, 3 heures en moyenne sont nécessaires. Sur les autres lignes comme sur notre réseau Transilien, le délai ‘moyen’ est de 2 heures 30.

Le conducteur du train impliqué est quand à lui, relevé de son service et un accompagnement psychologique lui est proposé.

Pendant ce temps et selon le cas de figure, le Régulateur peut alors autoriser certains trains immobilisés à reprendre « leur marche ». Il doit pour cela donner l’autorisation de circuler à « chaque » train dont l’itinéraire évite la zone de voies impactée par l’accident.

En parallèle, au COT, les gestionnaires de moyen se mobilisent pour trouver un conducteur en mesure de se rendre sur place et d’acheminer le train accidenté (si les dégâts sur la rame sont trop importants, il peut être nécessaires d’organiser un dépannage du train).
Lorsque les officiers de police judiciaire estiment avoir tous les éléments nécessaires, ils autorisent alors la reprise des circulations en contactant le coordonnateur régional qui donne l’ordre de reprise. Régulateurs et gestionnaire de plan de transport déterminent alors l’ordre de départ de tous les trains jusque-là immobilisés pour relancer la circulation en toute sécurité.

La circulation reprend donc, mais les perturbations se font encore ressentir aussi longtemps que l’incident a été important. En effet, plus aucun train ni aucun conducteur (qui doivent assurer d’autres trains ensuite…) ne se trouve au bon endroit.

A ces retards cumulés, tout doit donc être mis en œuvre pour insérer les trains retardés (ou supprimés pour les voyageurs) dans le plan de transport des secteurs ayant maintenu leurs circulations… Un vrai casse tête pour éviter au maximum de péjorer tous les gens restés sans train et en même temps tenter au plus vite de fluidifier la circulation en évitant les phénomènes de répercussion des retards (le fameux effet domino!)

 

Résumé des différentes étapes de la procédure mise en œuvre

Je vous propose cette infographie qui explique mieux que des mots chaque étape:

 

Bien sûr, ces délais sont donnés à titre informatif, c’est une moyenne. C’est-à-dire que la procédure peut -selon la gravité du cas- durer plus ou moins longtemps. Pour chaque incident, la gestion s’adapte et se gère donc différemment, comme vu plus haut.

Sans entrer dans les détails, vous comprendrez aisément qu’il suffit par exemple que la personne heurtée par le train nécessite des soins sur place, et l’arrêt des  circulations durera alors aussi longtemps que nécessaire.

 

Le petit plus qui a toute son importance

Ce matin sur le Fil Twitter officiel de notre Ligne @RERC_SNCF, certains m’ont dit avoir assisté à l’accident survenu en gare de Satigny sur Orge.

Je profite donc de ce billet pour rappeler qu’un numéro de téléphone est à votre disposition, celui de l’assistance aux personnes choquées, après avoir été victimes ou témoins d’un fait violent: le 0800120821.

Il permet d’être mis en relation 7 jours sur 7, de 9h à 20h, avec une cellule de soutien psychologique.

Ce numéro est gratuit d’un poste fixe et chaque communication reste totalement anonyme. N’hésitez pas en cas de besoin.

6 commentaires pour “Tout savoir sur la gestion d’un accident de personne”

  1. ClemPasser en mode normal dit :

    Je voudrais ajouter, suite à des remarques que j’ai pu lire sur les réseaux sociaux, quelques détails concernant le déclenchement de l’alerte radio. On me faisait remarquer que la procédure consistant à arrêter des trains qui sont éloignés de l’incident ne semble pas très adaptée.

    Je dois donc préciser que, malheureusement, il s’agit d’un dispositif d’urgence utilisé sur un canton radio par un train qui aperçoit un obstacle ou un danger (ou qui le percute). Mais il s’agit d’un danger non identifié et non localisé, dans un premier temps. Arrêter toutes les circulations est donc indispensable, car ne pas le faire, c’est risquer un ou plusieurs surincidents, sans même parler du risque que cela fait courir aux trains et à leurs passagers.
    Dans un deuxième temps, une fois renseignés sur la nature du problème et les mesures appropriées prises, le régulateur fait repartir un par un les trains qui le peuvent (soit pour une mise à quai, soit parce qu’ils sont hors de la zone bloquée par l’incident) après s’être assuré qu’ils peuvent le faire en toute sécurité, comme c’est expliqué dans l’article.

    Mais pour ce qui est du début, il n’y a pas d’autre solution que de tout arrêter, le temps d’y voir clair. C’est une étape très importante pour la sécurité et pour la gestion de l’incident.

    Dernier détail : les conducteurs qui ne sont pas à l’origine de l’alerte doivent respecter une période de silence radio. Ils n’ont alors pas forcément tout de suite d’informations concernant la situation, et ne peuvent donc pas en communiquer aux passagers.

    • LydiePasser au statut dit :

      En effet, merci @clem pour cette dernière précision.
      C’est vrai qu’au tout début, lorsque l’alerte radio est émise et que les trains s’arrêtent, hormis une annonce pour spécifier aux voyageurs du train que l’on est arrêté en pleine voie, il peut y avoir un petit moment sans aucune info de la part du conducteur. Ce silence s’explique par une obligation de respecter le ‘silence radio’, qui est une mesure sécuritaire et donc obligatoire. Le respect de la procédure est de mise afin que tout le monde ne prenne pas la parole en même temps. Le chef d’orchestre (régulateur) mène la danse et c’est lui qui contacte chaque train / conducteur. C’est ainsi que l’on évite de perdre du temps supplémentaire.

  2. Gally99Passer au statut dit :

    Cette gare est très fréquentée voir trop car le quai est trop étroit pour le nombre de voyageur en heure de pointe. Il serais difficile d élargir le quai, donc une augmentation de la fréquence des trains pourrais être une solution’, proposer des gilets rouges pour avertir de l arriver du train et De s éloigner de la bordure aussi
    Ou modifier l entrée sur le quai qui actuellement se fais à la queue du train, la ou ils sont encore en pleine vitesse

    Une grosse pensée pour la personne accidentée

    • ClemPasser en mode normal dit :

      Bonjour,

      Malheureusement la ligne est proche de sa limite de capacité (24 trains par heure). Il n’est pas possible de rajouter des trains sans couper des branches, ce qui est délicat à l’heure actuelle. Cette capacité est par ailleurs d’autant plus limitée (à 20 trains par heure dans le tronçon commun) que des limitations de vitesse liée auxs travaux d’infrastructures ralentissent les trains : raison pour laquelle les KIVY et DIVY n’y vont plus en ce moment.

      Rajouter des trains n’est donc pour le moment pas une solution.

      Dans l’avenir, alors que la ligne sera un peu simplifiée avec la suppression de la branche de Savigny à Massy, puis de Massy à Versailles, les trains de cette ex-branche pourront renforcer la desserte sur la branche de Brétigny. En outre, le plan de transport doit être complètement refondu à cette occasion, à l’horizon 2020 donc.

  3. domibj91Passer au statut dit :

    Bonjour,
    je voulais savoir justement dans ce cas, comment éditer des bulletins de retard dans la mesure où habitant BREUILLET donc sur la ligne de DOURDAN dont les trains sont départ et terminus JUVISY SUR ORGE jusqu’au début juillet : en effet, je suis allée sur le site TRANSILIEN . COM mais lorsque je complète la demande : gare de départ BREUILLET VILLAGE et gare d’arrivée JUVISY s/orge, il y a un message qui s’affiche « aucun train ne dessert cette origine/destination dans cette plage horaire » je pense que cela est dû aux missions des trains qui sont modifiées suite aux travaux, mais alors comment obtenir des bulletins de retard ? Merci

    • LydiePasser au statut dit :

      Bjr @domibj91,
      Je vais me renseigner. En attendant, vous pouvez demander un bulletin de retard dans n’importe quelle gare (d’arrivée ou de départ) si ça se reproduit.

Laisser un commentaire