MaligneC.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

De nouveaux équipements de validation en gare

Image de synhèse représentant les futurs appareils de contrôle automatique
7
Publié le 27/11/2017

Lutte anti fraude: donnez-nous votre avis sur les futurs appareils de validation!

Comme vous le savez, la lutte contre la fraude est une priorité pour les transports en Ile-de France, car son coût annuel est énorme: 63Millions d’Euros! Autant d’argent qui n’est pas investi dans de nouveaux services.

Au quotidien, des actions sont mises en place, comme des opérations de contrôles renforcés, des missions de sensibilisation auprès des jeunes publics, de l’information sur l’existence de tarifs sociaux auprès des personnes en difficulté financière…

Le déploiement d’équipement de contrôle fait partie intégrante du dispositif global de cette lutte contre la fraude. C’est dans ce cadre, et pour se préparer à l’évolution des titres de transport vers de nouveaux supports -comme nos smartphones par exemple- que nous développons les nouveaux portiques de contrôle.

Pour la Ligne C, ils seront installés dès 2018 en gare de Péreire Levallois, site expérimental, et équiperont d’ici 2020 la gare Saint Lazare.

Je vous les présente aujourd’hui en avant-première:

 

Cette nouvelle génération d’équipement embarque des technologies qui vont permettre de gérer dans les meilleures conditions le nombre important de validations en heure de pointe.

Saviez-vous qu’en moyenne, en heures de pointe, il y 35 passages par minute au niveau de ces appareil?

A l’instar des autoroutes, ils peuvent être utilisés soit pour accéder aux quais, soit pour sortir de la gare, et leur sens d’utilisation est adapté au moment de la journée au regard de vos déplacements.

Cet équipement de demain vous informera lorsque votre forfait arrive en fin de période, ou n’est pas compatible avec la gare dans laquelle vous vous trouvez.

Il intègre également des accès élargis pour les personnes à mobilités réduites ou en situation de handicap.

Sans aller plus loin dans la description, sachez que si vous passez par la gare de Saint Lazare, vous aurez la possibilité de découvrir les prototypes courant 2018.

 

Choisissez leur nom!

 

Comme vous pouvez le voir sur ces images, nous avons opté pour des portes pivotantes. Bye-bye les tourniquets si faciles à enjamber, et dans lesquels on reste coincé avec ses bagages… Mais si ce ne sont plus des tourniquets, alors comment devons-nous les appeler, pour que nos communications et informations soient comprises de tous les voyageurs?

Avant leur mise en place, c’est à vous de jouer: vous pouvez voter pour choisir leur dénomination!

Après avoir sollicité nos collaborateurs, nous avons obtenues 5 dénominations que nous vous soumettons pour vote. Mais ne vous bridez pas, une case « autre » est à votre disposition si vous avez une idée autre que celle que nous vous proposons.

 
Le sondage est maintenant terminé : merci pour votre participation !
 

7 commentaires pour “De nouveaux équipements de validation en gare”

  1. BibiSky51Passer au statut dit :

    bonjour Lydie,

    dans l’article, je lis que le coût de la fraude est de 63 M€, mais quel est le coût de la lutte contre la fraude ?

  2. ooooPasser au statut dit :

    Tant que ces appareils ne seront pas des sas (comme ceux qui existent pour les personnes à mobilité réduite), ils n’empêcheront pas les fraudeurs à passer, en se collant sans vergogne aux usagers validants, leur occasionnant au passage un haut-le-coeur s’ils pensent à une agression.
    Bref, rien de neuf dans le contrôle des validations, cet appareil ne mérite pas un nom.

  3. Gilles SPasser en mode normal dit :

    Personnellement je suis assez mitigé sur les portiques (et autres CAB). Ça valide essentiellement… des personnes en règle. Celui qui veut frauder, fraudera toujours. Moins car ça ne s’enjambe pas, mais les passages pour vélos et gros bagages resteront toujours un accès privilégié pour celui qui ne veut pas payer. Dans les gares importantes comme Gare de Lyon, au passage M14 vers la salle d’échanges RER, il y a toujours un « groupe » (ou deux, car il y en a de l’autre coté) qui attend(ent) tranquillement qu’une personne bien chargée utilise le portillon large. Idem au bas des escaliers TGV/salle d’échanges RER. Et ces nouveaux portiques (qui sont très jolis, soit dit en passant, un peu comme les nouveaux de Châtelet) n’empêchent pas le « copié-collé ».
    .
    Je me suis amusé à chercher le salaire moyen d’un contrôleur, je suis tombé sur ça :
    https://www.ouestfrance-emploi.com/metiers/controleur-sncf
    Il n’y a pas la date, mais c’est un journal crédible.
    Alors, prenons nos stylos 🙂
    Si je prends une moyenne arbitraire de 2.500€ nets (puisque ça va de 1200 à 2900€), on arrive à un brut chargé (donc avec les cotisations employeur) de 4.600 euros ; pour faciliter, soyons fous, je met 5.000€ « toutes charges comprises » par mois, soit 60.000€ par an.
    63.000.000/60.000 = 1050.
    1050 contrôleurs EN PLUS à temps plein !
    D’apres Wikipedia, il y a 665 rames et 383 stations
    ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Transilien )
    C’est à dire qu’on pourrait avoir un contrôleur par rame et des agents en station, ou deux contrôleurs en négligeant par exemple les parcours intra-muros où le contrôle est difficilement réalisable voire impensable. C’est empirique bien sur car il est impensable de laisser un contrôleur tout seul.
    On pourrait alors multiplier très sensiblement les contrôles inopinés sur tout le réseau, par groupe de 6 agents : ça ferait 175 « escouades » supplémentaires de 6 contrôleurs, ça devrait se ressentir 🙂
    .
    Alors évidemment c’est un peu un fusil à un coup, car l’embauche de 1050 agents va couter « réellement » 63.000.000 €, au lieu d’un « manque à gagner » qui est provisionné, alors que les portiques sont payés une fois pour toute (reste juste la maintenance), et pas forcément compensée par les recettes de verbalisation ; et quand bien même, quand tout le monde paierait, les 63.000.000 € resteraient « fixe » alors que la fraude actuelle est un « manque à gagner ».
    .
    Je ne sais pas quel est le juste milieu : 500 contrôleurs de plus, et des portiques plus performants ? Le « copié-collé » continuera mais il y aurait plus de contrôles. Intéressant.
    Des amendes très dissuasives ? Bof, il y a peu de chance qu’à 150 euros elles soient mieux recouvrées qu’à 50 euros.
    Par contre, peut-être que systématiser les contrôles sur des zones où l’on sait, par expérience, qu’un passager sur 5 est un fraudeur, ça pourrait le faire (plus particulièrement aux heures creuses).
    De même, l’expérimentation de contrôleurs en civil semble pas mal 🙂
    .
    Le sujet n’est pas simple, mais d’autres villes d’Europe ont d’autres façon de faire (je ne connais pas les résultats): totalement ouvert à Berlin, mais contrôles plus nombreux ; contrôle systématique à Londres, à Budapest : quiconque ne passe pas « simplement » aux portillons a droit systématiquement à un agent qui vient le voir…
    .
    Vaste sujet…

    • Ffire31Passer au statut dit :

      Bonjour

      Je suis désolé mais ma première réaction en voyant cela est de me dire que celui qui a choisi cet équipement ne prend pas souvent les transports en commun
      Ce qui se passera est très simple, les fraudeurs continueront de frauder (en passant collé à un usager en règle). Personnellement je préfère voir un fraudeur enjamber un tourniquet plutôt que de se coller à moi.
      La solution je crois serai d’installer des hachoirs (cherchez tourniquet tambour si vous ne voyez pas de quoi je parle) ou encore un système de sas, avec un capteur (type reconnaissance faciale ou qui pèse) afin de détecter si plusieurs personnes rentrent en même temps (et en plus de les arrêter).

      La ce que vous mettez en même temps est juste un gaspillage d’argent public…

      Mais bon vous avez déjà pris votre décision de toute façon.

    • Gilles SPasser en mode normal dit :

      @Ffire31 je suis d’accord avec vous.
      Par contre les tourniquets « hachoir » ça servirait juste à créer des embouteillages monstres juste pour ceux qui sont en règle.
      Voili pourquoi je suggère d’utiliser ces 63.000.000 € annoncés de nulle part (c’est peut-être trois fois plus) pour embaucher des contrôleurs, j’ai mis mon « équation » au dessus.
      A titre perso je suis plutôt partisan de la manière… brutale (de type « fin de l’angélisme en place qui est là pour ne pas avoir d’embrouilles), pas au sens « cogner les gens » mais au sens qu’il y ait es contrôles H24 là où on SAIT que ça fraude tout le temps, car oui tous les passagers savent par observation quotidienne où c’est « gratuit » mais où les controles sont « en même temps » particulièrement rares.
      D’où ma suggestion de faire des escouades, mobiles, qu’on positionneraient sur ces fichues gares « open bar » (ça rime) avec le budget estimé ex nihilo de la fraude. Ou même moitié-moins, conjugués alors avec ces portiques censés résoudre tout.
      Rien qu’une année, ça couterait à iso tarif les 63.000.000 d’€ mais que pour un an, mais alors on vérouille cette fraude, qui l’année suivante coutera moitié moins cher, et ainsi de suite.
      Même dans ma gare, très calme, il y a tout le temps des gens qui interpellent les personnes à quai pour qu’on leur ouvre le passage de sortie (qu’on ne peut pas ouvrir de l’extérieur). Je n’y réponds pas, je fais l’absent, mais il y a toujours une personne idiote qui leur ouvre.
      C’est quotidien et tout au long de la journée.
      Avec 1050 contrôleurs de plus, ne serait-ce qu’en CDD d’un, deux ans, on pourrait certainement ramener la fraude à 20 millions au lieu de 63, et l’année suivante, on ne serait plus qu’à 10 millions de fraude, qu’on ne nous facturerait plus sur nos titres de transport à hauteur de 63 millions exclusivement portés par les personnes en règle.
      Après, il faut de la volonté, ne peux avoir peur de déplaire aux intouchables, contrôler systématiquement…

  4. flobusPasser au statut dit :

    La fraude…vaste sujet en effet .
    D’abord même les anciens CAB tombent en panne , je doute que ça arrivera à ceux là. Après je suis pas contre les évolutions de ce nouveau matériel. Mais les CAB ne suffissent pas il faut nécessairement intégrer d’autres outils pour lutter. Quand on voit le nombre de rames qu’il aurait été possible d’acheter à cause des millions perdus chaque année je me dis que c’est un long combat…

    • Gilles SPasser en mode normal dit :

      En même temps, on n’aura pas de rame en plus, à part une ou deux, car la SNCF nous dit que le réseau est saturé et qu’elle ne peut pas ajouter de trains (quoiqu’on pourrait remettre les PAUL, après tout ils existaient jusqu’à l’incendie des Ardoines, il y a 3 ans…)
      Alors des contrôles plus musclés, plus fréquents, ça serait des services en plus, un meilleur entretien, rénovations, toilettes en gare…

Laisser un commentaire